• Réduire le texte

    Réduire le texte
  • Rétablir taille du texte

    Rétablir taille du texte
  • Augmenter le texte

    Augmenter le texte
  • Imprimer

    Imprimer

Mieux diffuser les outils de la recherche pour réduire les pollutions de l’eau par les pesticides

Ce référentiel d’outils et méthodes produits par la recherche pour réduire les pollutions de l’eau par les pesticides a pour objectif d’améliorer leur diffusion et leur utilisation par les gestionnaires de ressources en eau qui souhaitent limiter ces pollutions. Il est maintenant disponible en ligne.

référentiel inventaire pollutions pesticides
Mis à jour le 15/05/2018
Publié le 04/04/2018

Une vingtaine de représentants d’agences de l’eau, des ministères chargés de l’agriculture et de l’environnement, de réseaux d’animateurs et d’instituts de recherche se sont retrouvés à Paris en fin d'année 2017 pour découvrir "le référentiel sur les outils et dispositifs de production de références issus de travaux scientifiques en vue de réduire les pollutions diffuses des ressources en eau dues aux pesticides". Ce référentiel, consultable en ligne depuis le 2 mars, a été réalisé entre 2015 et 2017 par un groupe de chercheurs INRA et IRSTEA et d’experts, coordonnés par Guillaume Juan et Marc Voltz (UMR LISAH) dans le cadre d’une convention INRA-AFB (Agence Française pour la Biodiversité, anciennement ONEMA).

Mieux utiliser les résultats de la recherche

Depuis l’adoption de la Directive Cadre sur l’Eau (DCE) en 2000, la contamination de l’eau due aux pesticides fait l’objet d’une attention accrue de la part des autorités. Malgré ces efforts, bon nombre de masses d’eau n’ont pas atteint l’objectif de « bon état » en 2015, au regard des indicateurs fixés par cette directive ; de plus, l’utilisation des pesticides semble globalement en progression sur le territoire français.

Depuis 2000, de nombreux programmes de recherche et développement ont été financés afin d’appuyer les gestionnaires de ressources en eau, dans la mise en œuvre des politiques publiques. C’est dans l’objectif de faciliter la diffusion et l’utilisation des résultats de ces programmes, que ce référentiel a été réalisé. Pour cela, l’équipe du LISAH a coordonné un travail d’inventaire des outils développés par la recherche pour étudier les pollutions de l’eau par les pesticides. Le groupe de travail, composé de dix chercheurs et experts, s’est concerté dans le cadre d’une série de réunions et d’ateliers qui se sont déroulés entre 2015 et 2017. Le référentiel obtenu propose une vue d’ensemble et une analyse des différents outils existants, à l’intention des gestionnaires des ressources en eau

Inventaire et caractérisation des outils de recherche

Ce travail a débuté par une analyse des démarches de mise en œuvre des politiques publiques pour protéger les ressources en eau des pollutions diffuses dues aux pesticides. Elle a permis d’identifier quatre grands types de besoins, autour desquels l’aide à identification d’outils a été structurée :

  • le diagnostic initial,
  • le choix des actions agronomiques et paysagères,
  • le suivi et l’évaluation du programme,
  • la mobilisation des acteurs.

Une enquête auprès d’un ensemble de laboratoires de recherche a ensuite permis d’inventorier puis classer outils, méthodes et dispositifs de production de références, suivant ces thématiques.

Des critères ont été définis afin d’affiner la caractérisation de ces outils comme par exemple   "l’état d’opérationnalitéʺ, qui permet de savoir si l’outil est en voie d’être transféré à des utilisateurs potentiels.

Enfin, deux échelles d’application des outils ont été définies (régionale et locale), impliquant des utilisateurs potentiels différents. Cette distinction est en rapport avec la superficie du territoire où sont gérées les ressources en eau

Analyse et bilan des outils de l’inventaire

Une analyse globale a été menée pour identifier des avancées, mais aussi des manques liés aux outils inventoriés. Globalement, les outils et dispositifs de production de références aidant au diagnostic de la contamination et de ses causes, et au choix des actions à mettre en place sont beaucoup plus nombreux que ceux permettant de suivre et évaluer les programmes d’actions ou de mobiliser les acteurs.

Il existe également une différence numérique importante entre les échelles régionale et locale, cette dernière regroupant près de 4 fois plus d’outils et de méthodes inventoriés que la première. Une raison possible est sans doute liée à un décalage entre les gestionnaires régionaux et locaux. Les premiers sont moins nombreux et ont des demandes assez similaires en développement d’outils tandis que les seconds, ont une plus grande diversité de besoins, liée à l’hétérogénéité des conditions locales aux plans agronomique, hydrologique et socio-économique, qu’ils doivent aborder de manière spécifique.

 Diffusion des analyses obtenues

Un document a été rédigé et regroupe l’ensemble de ces analyses. Il contient également une procédure d’identification des outils, méthodes et dispositifs de production de références inventoriés. Elle permet in fine d’accéder à des fiches détaillées contenant un grand nombre d’informations et de caractéristiques techniques.

Ce document est  consultable sur le portail Web du Centre de Ressources Captages, géré par l’Agence Française pour la Biodiversité. Un moteur de recherche va être construit à partir de la classification des outils, méthodes et dispositifs de production de références réalisées pour faciliter son utilisation par les acteurs de terrain.

Pour accéder au Référentiel sur les outils de la recherche pour réduire les pollutions de l'eau par les pesticides